Pierre-Jules Boulanger

Pierre-Jules Boulanger, a dirigé Citroën en tant que vice-président et P-DG entre 1935 jusqu’à son décès accidentel le 11 novembre 1950 sur la Nationale 9 au volant d’une Traction Avant 15/Six le 11 novembre 1950 à Broût-Vernet dans l’Allier. Lors qu’après la cession de Citroën à Michelin 1935, Pierre Michelin devient PDG de Citroën, Pierre Boulanger devient son adjoint, vice-président et chef du Bureau d’études de la firme automobile. Il en deviendra président en 1937 après le décès accidentel de Pierre Michelin et gardera ce poste jusqu’à sa mort. Avec Pierre Michelin, il commencera par appliquer une politique d’austérité et de réduction de coût. Pour cela, il diminuera les salaires, effectuera des licenciements et annulera le lancement de la Citroën 22CV à moteur V8. Cette politique portera ses fruits et Citroën se redressera. Il sera l’instigateur de ce qui s’appelait la TPV (très petite voiture) et qui deviendra en 1948 la 2CV. Boulanger en écrivit le cahier des charges : “faire une voiture pouvant transporter 4 personnes et 50 kg de pommes de terre, à la vitesse de 60 km/h, pour une consommation de 3 litres d’essence aux 100 km… elle devra être conduite par une femme ou un débutant sans difficultés… et l’esthétique, je ne veux pas en entendre parler!” Il était connu pour son austérité, sa grande capacité de travail, son sens du secret (caractéristique de la culture Michelin) et son absence d’ostentation (il achetait ses costumes à la coopérative Michelin). Craint et respecté, certains le surnommaient également le tyran imaginatif. PJB trouve la mort en 1950 dans un accident de voiture à bord d’une Traction Avant 15/Six, avant d’avoir connu le grand succès de la Citroën DS, dont il avait lancé la conception avec le projet VGD (Voiture à Grande Diffusion).