Henri Chapron

Henri Chapron, (né le 30 décembre 1886 à Nouan-le-Fuzelier et décédé le 14 mai 1978 à Paris) est un
carrossier automobile français.
Son atelier, créé en décembre 1919 se trouvait à d’abord à Neuilly-sur-Seine puis à
Levallois-Perret, dans les environs de Paris.
Henri commence sa carrière en développant des carroseries spéciales sur des véhicules
utilitaires, les voitures Ford laissées par l’armée américaine en France après la première
guerre mondiale, puis il travaille entre autres sur les marques: Morris Léon Bollée,
Graham Paige, Bugatti, Fiat, Hispano Suiza, Talbot, Delage, Delahaye et Hotchkiss
jusque dans les années 50.
Dans les années 1950, la construction à la chaîne se développe avec une voiture
monocoque. Beaucoup de carrossiers disparaissent. Chapron, lui, artiste avant tout,
voudra continuer coûte que coûte. Après avoir construit quelques modèles sur Renault,
Autobleu, Simca et Peugeot, en 1958, il est séduit par la nouvelle Citroën DS avec son
design révolutionairement aérodynamique. Au début, il décide de modifier les véhicules
d’abord à son compte, puis à la demande de Citroën, il crée un cabriolet “DS Décapotable
type usine”. Un certain nombre de ses créations deviennent des pièces de collection
comme les modèles spéciaux qu’il crée à son compte: “La Croisette”, le “Palm Beach”, le
“Caddy”, le “Léman”, le “Concorde”, la “Majesty”, entre autres. Lorsque la Citroën SM
est introduite en 1970, Chapron en crée deux variantes, la “Mylord” et l´”Opéra”.
En 1968, il réalise un modèle spécial étendu de la DS pour le gouvernement de Charles de
Gaulle puis, en 1972, il livre deux SM décapotables rallongées pour celui de Georges
Pompidou. Ces modèles furent utilisés officiellement pour la première fois lors de la visite
de la reine Elizabeth II, ensuite pour la visite du pape Jean-Paul II et restent en service
sous Jacques Chirac. Henri Chapron meurt le 14 mai 1978 dans sa 92ème année. Son
entreprise, reprise par son épouse depuis 1968, lui survit quelques années, le temps de
produire quelques versions de luxe de la Citroën CX, des Peugeot 104, et 604, des
Landaulet, des voitures blindées, une Matra. Elle cesse ses activités fin 1985.